Une sirène dans les étoiles.*

IMG_0504

C’est l’histoire d’une sirène et d’un cosmonaute.
Une sirène qui portait un chapeau de paille et un cosmonaute à la combinaison jaune et noire.

Ils s’aimaient tendrement.

Loin de l’autre ils rêvaient de se retrouver et de se serrer dans leurs bras aussi fort qu’ils le pouvaient. « Impossible ! » leur criait leurs familles et entourages. Mais pendant tout ce temps ils gardaient espoir. Au contraire, pour eux rien n’est plus fort que deux personnes amoureuses.

Le soir, la Sirène envoyait des milliers de bulles vers le ciel pour lui rappeler qu’elle l’aimait. Aussitôt, le cosmonaute faisait briller les étoiles au rythme des battements de son coeur pour qu’elle sache comme il battait fort pour elle. Des mois passèrent et le besoin de se rejoindre fut si grand que la sirène, offrit tous ses coquillages contre un beau ballon bleu qui, depuis le sommet de son rocher, lui permit de s’envoler jusqu’au ciel.

Enfin si proche, le temps s’arrêtait et ils ne faisaient que de s’aimer davantage.

Le cosmonaute lui présentait ses amis les planètes et tous ensemble ils faisant scintiller les étoiles, jouaient avec les nuages et dansaient autour des comètes.  La Sirène s’y sentait bien. Cependant tout ne pouvait pas être si rose. La sirène n’était pas autorisée à vivre avec un cosmonaute, ils se cachaient de satellites en satellites pour s’aimer. Le sel et le sable lui manquaient mais ça ne l’empêchait pas d’être heureuse. Même si ils ne pouvaient pas s’aimer librement, ils étaient ensemble et c’était le plus important. Pendant des mois tous les deux éloignaient toutes pensées qui leurs rappelaient la réalité. Cette réalité qui leur faisait peur: le retour de la Sirène dans l’océan. Elle n’avait pas le choix, tant de chose l’attendait sous l’eau, dans son monde.

Ce jour si redouté est arrivé, la sirène est redescendue. Le cosmonaute si occupé au milieu de ses astres préparait tout de même son voyage pour rejoindre sa douce Sirène qui l’attendait avec impatience. Ils se manquaient tellement mais savaient qu’il n’était que question de patience. La patience et l’espoir  étaient d’ailleurs les seuls moyens de leur faire oublier leur peine d’être si loin. Finalement, deux personnes qui s’aiment, oui c’est fort mais est ce que c’est heureux ?

Tout était prêt pour l’arrivée du cosmonaute mais d’importants problèmes entre le vent et les nuages l’obligèrent à rester. Il ne viendra pas. La déception est si forte.

Le cosmonaute alors triste par ces évènements ne voulait pas faire souffrir la sirène davantage. Il lui proposa alors cette triste mais réaliste décision: « Je te rends malheureuse et te déçois, nos différences nous promettent un avenir loin et difficile. Je veux que tu sois heureuse et tu as besoin d’un homme de la mer à tes côtés tous les jours. Alors si tu veux, je comprendrais que tu trouves un amour qui sera là pour te consoler et rire avec toi. »

La sirène réfléchit, vivre sans lui semblait impossible. Silencieuse face à ces paroles elle fut ensuite prise d’une colère intense. Pas contre lui mais certainement contre cette vérité qu’elle avait fuit depuis si longtemps. Au début de leur rencontre, ils s’étaient promis d’être heureux. Mais loin de l’autre pour des temps si incertains l’étaient ils ?  Une grande tristesse prit le dessus pour la mener vers l’évidence: il avait raison. Et la raison s’emparât du coeur.

C’était la fin d’une idylle, d’une histoire merveilleuse qu’ils se promirent de ne jamais oublier. Le premier amour, ne meurt jamais.  Tu es là, Sayangku, pour toujours dans mon coeur.

J’ai crée un tableau Pinterest ici avec des photos qui illustrent et m’inspirent cet article. Elles s’avèrent parfois un peu kitch mais elles me parlent toutes suite à cette rupture…

Voici l’article qui récite notre rencontre sur ce bateau Indonésien.

Une grosse pensée à tous les jolis coeurs brisés❤

Wahyu anda di sini selamanya di hati saya.
Sophie.*

L’avenir qui se dessine.*

197922_10200172090604289_1906237487_n

Hello hello mes petits lecteurs,

Aujourd’hui il faut que je vous parle de mes études et du métier que j’envisage…

Les plus anciens savent que je suis partie voyager pour réfléchir à la suite de mes études mais surtout pour trouver ce qui me ferait me réveiller avec le sourire tous les lundi matins….

Après maintes et maintes recherches, tests d’orientations en ligne sans succès et des dizaines de vidéos-métiers pôles emplois (ouaip les diététiciens, orthophonistes et créateurs de bijoux n’ont plus de secrets pour moi !), j’ai eu THE déclic. J’ai enfin trouvé une réponse à ce terrible: « Mais qu’est ce quuue j’vais faire de maaa viiiiie ? » Ça m’a paru évident; RÉDACTRICE WEB.

Mes études en graphisme ne m’ont pas déplu mais je n’ai pas été brillante parce que j’y allais sans vraiment savoir pourquoi puisque je me suis vite rendue compte que le métier de graphiste n’était pas fait pour moi.

Et puis après avoir eu la divine illumination, au beau milieu des Philippines, je me suis vite mise à regarder comment fait on pour devenir rédacteur web
C’est un métier très large qui n’a donc pas de parcours « typique » ou de diplôme vraiment dédié à la profession comme un « DUT Rédacteur web option Sophie ».

J’ai alors contacté des personnes pouvant m’aider dans mes recherches comme Sévim Pitir, ancienne étudiante d’une licence pro de référencement et rédac à Mulhouse, deux autres rédacteurs web, j’ai aussi eu l’occasion de discuter avec deux directeurs d’agences de communication différentes mais aussi des professeurs et amis.

Suite à ces échanges j’ai alors compris l’importance de la qualité rédactionnelle mais surtout d’avoir sa propre plume bien plus que de connaître en techniques web. Lorsque j’envisageais d’être illustratrice c’est d’ailleurs ce que je cherchais énormément, réussir à montrer mon univers, ma personnalité à travers mes dessins. Bien vite j’ai réalisé que mon truc à moi c’est l’écriture avant l’illustration. Depuis l’enfance j’écris. J’écris des histoires de chats qui vont à l’école, des poèmes pour ma Maman chérie, des paroles de chansons avec les copines, des articles Skyblog d’adolescente en pleine crise, des échanges épistolaires aux copains de colo, des rédactions complimentées par Monsieur Guillon, les secrets racontés à mon journal intime, les nombreuses dissertations de littérature et Philo. Sans parler de mon blog sur lequel vous lisez ces lignes actuellement.

Maintenant que mes études vont prendre un sens et me correspondront il faut donc trouver un cursus qui  me permettra d’enrichir ma créativité, ma culture générale, ma personnalité et gérer les techniques du web et de communication. Je veux qu’on vienne me chercher pour mon style rédactionnel et qu’il soit unique ! Je rêve un peu ahah ! Mais voyez comme mon ambition professionnelle s’affirme. Hé oui, cette révélation tant attendue me fait prendre confiance en moi surtout parce que je me sens à l’aise et à ma place dans ce domaine.

En épluchant les licences professionnelles et autres, je suis tombée sur la licence professionnelles activités et techniques de communication spécialité lettres, cultures et nouveaux médias. What ells ?! Elle est située à La Rochelle !!

Je n’aurai jamais cru un jour avoir si envie d’intégrer une promotion. Mais là tout semble être fait pour moi que ça me fait limite peur. D’abord une licence professionnelle ne dure qu’une année et permet de s’insérer dans la vie professionnelle, j’ai d’ailleurs mes petites idées de stage de fin d’année. Les matières proposées, les compétences visées, la situation géographique, tout me semble parfait, tout fait SENS ! Je m’y vois déjà y aller à dos de vélo en passant par le joli port. (Ah oui j’ai regardé, le pôle lettres et cie ne se situe pas très loin du centre et du port). C’est terriblement motivant et ça me donne vraiment envie de réussir mon BTS et d’intégrer cette licence, de tout donner, réussir et l’an prochain vous parler de mes services de rédactrice web hihi. Mais de toutes façons, s’il le faut, je ferai un sitting devant la porte à la rentrée pour qu’on m’y laisse entrer ! haha !

Blague à part (aaah ces trois mots cassent terriblement l’ambiance, olala !), j’ai mis toute les chances de mon côté et je meuuuuurs d’impatience d’avoir la réponse.

Il s’avère qu’en plus, ma maison familiale dans laquelle je vis  depuis toujours va être louée à long terme à partir de cet été. C’est donc un chamboulement et un changement de vie radical qui me fait un peu peur. Mais c’est à la fois excitant de me dire que la vie qui arrive sera complètement la mienne. Je serai chez moi et moi seule avec mes objets, ma déco, mes études faites pour moi, que j’ai choisis et voulus dans une ville que J’apprécie et m’y sens bien. (Et même si j’ai connu La Rochelle en vacances, je suis bien consciente que je n’y serai pas pour flâner à la plage mais plutôt pour squatter les bibliothèques.)  Toutes les cartes donc pour s’épanouir après quelques petites années bancales.

Alors je vous propose de croiser tous vos doigts avec moi pour que je décroche mon BTS, que je sois acceptée à la Rochelle (qui EN PLUS a un programme d’études à l’étranger…), que je trouve un chouette nouveau chez moi et je vous promets que je serai la plus heureuse du monde… (Ah oui, parce qu’en plus mon amoureux, qui est indonésien, va venir en France cet été hihi).

Merci de m’avoir lu. Bientôt vous pourrez trouver ici des interviews de personnes qui m’intéressent. (Deux sont en cours: un rédacteur web et mon grand frère pour qu’il nous parle de ses aventures Australiennes.)

Pleins de bisous !

À très vite,

 

Sophie.*

Ps: La photo est symbolique puisqu’il s’agit d’une superposition de photo du ciel prise depuis ma maison et d’une photo prise à la Rochelle où nous aidions un petite fille à retrouver son chemin…:)

 

Frustration Disney.*

Disney

Hello ! Alors voilà aujourd’hui je voudrais partager avec vous mon avis sur le monde de Disney tel qu’il est vu aujourd’hui par toutes ces « Disney addict« … 

Depuis un moment je suis  abonnée à un tas de jolis comptes Instagram. Certains ne jurent plus que par Disney mais surtout Disneyland (et La Durée mais ça c’est un autre sujet…) Au début, tout va bien, mais au bout d’un moment, trop de Disney, tue Disney !
Je ne compte plus le nombre de photos du château du Parc que j’ai vu passer. Ce sont de jolies photos bien entendu mais toujours accompagnées de commentaires tels que « Des rêves plein la tête et de la magie plein le yeux », « Le pays des merveilles », « Le bonheur, c’est ici ». Je n’aime pas ça et je vais vous expliquer pourquoi dire que ce parc est l’endroit le plus magique du monde me remonte. Mais non resteeez ! C’est promis, je ne vais pas rentrer dans le débat « Disney machine à fric » tout ça tout ça, c’est pas le sujet et puis j’ai pas grand chose à dire dessus. (Parce qu’on est tous bien conscient que c’est mille fois trop cher pour ce que c’est mais on s’en fiche parce que c’est juste o-cca-sion-nel)

La première chose qui me dérange c’est que toute cette magie fait rêver, c’est inévitable.

Et oui, ce n’est pas souvent que je vais vous dire que rêver est un problème… Je ne vais pas cacher que je ne suis pas insensible au charme imposé dès l’entrée du parc et ce côté impressionnant en apercevant le château qui, oui, reste magique.
Mais à chaque visite à Disney il y a ce rêve de croire au monde de Disney, de vouloir apercevoir la fée clochette filer au dessus de nos têtes, croiser le prince Philippe sur son cheval blanc, pouvoir danser avec la bête.  Et tout ça pour de vrai ! Seulement voilà, un dessin animé reste un dessin animé, cela est donc impossible, malgré le (très, très, très) beau travail de décors et costumes, de satisfaire ma frustration

Ça me rappelle quand j’étais absolument fan des Witch (seules les filles de ma génération et leurs mamans peuvent comprendre…😉 ) et particulièrement de Will. Je m’identifiais tellement à elle que j’en devenais malheureuse et triste de ne pas être elle ou qu’elle n’existe pas.

A Disney, il y a toujours cette limite, le château finalement fermé et probablement vide, Raiponce méconnaissable sans perruque, Blanche Neige qui ne pourrait pas nous raconter les secrets de son aventure chez les sept nains, cette statue représentant Wall-e et Ève dans l’instant figé d’un baiser, leurs lèvres de plastiques si proches qui ne se toucheront jamais. Quand je vois ça, je suis frustrée. Je ne reproche pas que tout cela existe, comme je disais c’est quand même un univers unique et incroyable, particulièrement pour les enfants.  Je suis loin d’être « Anti-Disney ». En revanche, je trouve que ça sonne faux quand j’entends que le monde de Disney (je parle du parc) est la définition de magie et de bonheur. Beaucoup déclare Disneyland comme son pays des merveilles, son lieu de magie, sa source de rêve et même sa marque de fabrique. Oui mais il y en a des milliers comme ça. Des milliers qui utilisent le possessif, qui se l’approprie ce monde. Et je trouve que se contenter de ça comme source de magie (voire de bonheur, à l’extrême) c’est facile et c’est se limiter, fermer son esprit, ses horizons.

La véritable magie c’est celle sans frustration, celle qui est réelle, qui existe vraiment.

On nous offre un tour du monde de poupées avec comme fond une chanson sans fin qui ne nous quitte plus pendant les 3 semaines suivantes mais n’oublions pas que nous sommes là, assis sur une barque à Marne la vallée. Et bien si cela t’as fait rêver (moi la première) je te souhaite d’en sortir avec l’envie furieuse de faire ta valise et t’envoler au bout du monde, le vrai ou même au bout de ta région. La magie on peut aussi la trouver là où tu n’es jamais allé auparavant. 

J’insiste sur le fait que Disney c’est bien surtout à travers les yeux d’un enfant, mais que sa magie doit déclencher l’envie de réaliser ses rêves. Je ne reproche pas à ces Disney Addicts de l’être, cela peut être une passion et je ne veux pas faire de généralités. Mais je pense qu’il est intéressant, aussi, de s’ouvrir plus à d’autres choses. (Et de ne pas définir ce parc comme « Le bonheur ! ») Il y a de la magie partouuut, il faut bien vouloir la voir. Ouvrons nos yeux, nos ouïes, notre odorat et  levons la tête.  Vois cette lumière à travers ces feuilles,  le travail d’un graffeur sur ce mur, le bruit de l’eau. Toutes ces choses peuvent être aussi magiques que ton serre tête Minnie (et réels) !

 

Et toi, qu’en penses tu ? Si mon article t’a plus n’hésites pas à me le faire savoir ! J’ai terminé mes écrits de BTS, je serai donc sûrement plus présente sur le blog. 

A bientôt !

 

Sophie.*

 

Lettre à mon blog

IMG_0866

Prise en flag par mon copain en Thaïlande. 

 

Cher toi,

J’ai des choses à te dire, à t’expliquer.  Je veux parler de toi.

Quelle idée d’écrire à son blog… Ce qui est bien, c’est qu’on s’en fiche.
Ici on est libre de faire ce que l’on veut; écrire à son blog sur son propre blog, écrire des articles en laissant des mois entre deux, écrire sur n’importe quel sujet.

Parfois j’ai vraiment besoin de toi. Par exemple, au tout début, quand je me sentais seule et que ça n’allait pas toujours très fort. Je voulais te raconter des choses que je trouvais intéressantes et qui pouvaient intéresser aussi. Tu es devenue mon petit coin de liberté où je peux partager tous mes ressenties sur la vie.

Parfois j’ai moins besoin de toi, je t’oublies un peu. Il faut dire aussi que ma vie a assez changée depuis le début. J’ai fait quelques rencontres importantes qui m’apportent ce qu’il me manqueNotamment une bonne amie grâce à toi.

Mais je pense à toi et tu me manques. Hé oui, il y a quelque chose de magique, en plus de toute cette liberté. C’est qu’à travers toi, il y a des personnes qui me lisent, qui répondent à mes articles, qui partagent leurs pensées. Une vraie source de motivation et de jolies rencontres

J’ai envie de te promettre un retour et pleins de confidences, j’ai envie de t’assurer que je je serai là régulièrement, j’ai envie de relancer l’aventure ensemble et qu’on se fasse notre petite place sur ce riche et curieux monde appelé Blogosphère.

A tout ceux qui tombent sur cet article, qui me connaissent ou me découvrent, suivez moi dans ce retour si ça vous dit, on verra bien où on ira

A très vite toi…

Sophie

Ps: Je t’aime.

J’aime bien ce format d’article, depuis toujours il m’arrive d’écrire en m’adressant à quelqu’un sous forme de lettre. Ça aide à remettre les idées en place. Je vous recommande d’ailleurs de le faire quand c’est un peu le désordre dans votre esprit.

En tout cas merci de m’avoir lu et merci d’être là !

Pleins de bisouuus.

Sophie.*

Ces moments attendus.*

Mes chers petits lecteurs,

Voilà je n’ai pas été assidue cette année, ça m’a terriblement manqué mais le BTS n’a pas laissé la place au blog. Maintenant que c’est fini je compte bien reprendre du poil de la bête mais toujours sans me forcer.
J’ai un tas de début d’articles que je vais boucler. Avant tout je voudrai vous mettre un peu à jour à propos de ma petite vie. Parce que là je peux dire qu’il s’en passe des choses un peu folles !

Weecame, notre application mobile.

11145901_460071840825743_8919563978975254466_nJe vous annonce le plus récent qui concerne les fêtards. Il s’agit de la sortie d’une application pensée par des amis, mon frère et moi. On a travaillé des mois pour qu’elle existe. Voilà enfin Weecame disponible sur iOS. Elle permet de trouver des soirée privées ou publics à proximité de chez soit. L’idée est de rencontrer de nouvelles personnes en passant une bonne soirée. Le magazine Le Bonbon nous a fait un super article qui résume bien le concept si ça vous intéresse. Si vous trouvez ça sympa je vous invite à nous encourager en nous suivant sur les réseaux sociaux (Facebook, Twitter, Instagram, snapchat) et à télécharger l’application sur iOS.

Pierre, mon petit frère.

Pierre

Plus personnellement j’ai l’immense joie de vous annoncer la naissance de Pierre mon petit frère le 8 Juin. Il est Franco Philippin parce que mon papa vit au Philippines avec une jolie femme de là bas. Ceux qui me suivent sur Instagram le savent déjà (psst mon compte c’est @petitsrevesdesophie)
Et oui 21 ans d’écart c’est assez atypique mais c’est vraiment génial même si je ne l’ai pas encore vu.
Jeudi prochain je m’envole donc pour les Philippines, je suis folle de joie ! Mais je n’irai pas tout de suite voir ma famille fraîchement agrandie.

Du virtuel au réel.

Wahie9ab

Hé oui, vous vous souvenez du garçon au yellow n black tshit  (clique pour voir l’article sur ce sujet !) ? Cet indonésien croisé sur une île de Java. Hé bien, arrivée à l’aéroport de Manille, il sera là… C’est assez fou, voilà un an et deux mois qu’on s’est rencontré et que notre relation est contrainte au virtuel seulement mais elle évolue. On a commencé en s’avouant ce coup de cœur suite à ce regard, on a décidé de s’en tenir à de l’amitié uniquement vu la distance mais au fur et à mesure le besoin de se voir et de se connaître devient de plus en plus fort. Ne serait ce que pour savoir si cette relation peut vraiment être sérieuse et véritable, il faut que l’on se voit…
Nous allons donc passer quelques jours à Bohol tous les deux et j’espère de tout cœur pouvoir ajouter « en amoureux« . Mais ce ne sont pas des choses qui se décident et je reste lucide face à mes sentiments virtuels qui seront forcément différents en vrai. Mais quoi qu’il arrive nous allons forcément nous entendre, on s’appelle tous les jours on se connaît quand même bien mieux maintenant.
J’ai pensé à faire un petit vlog de ce voyage, vous savez une sorte d’article en vidéo, comme un petit reportage… Quoi qu’il arrive ces moments seront des grands moments et je tiens à les immortaliser du mieux que je peux. Dites moi si ça vous intéresse que je fasse cette vidéo.

Je suis vraiment heureuse de faire mon énième retour ici avec cette fois une motivation et le poids des études en moins..
Ça change vraiment la vie.. Merci d’être là et de me suivre. N’hésitez pas à me laisser un petit commentaire que je sache un peu ce que vous pensez de ces nouvelles. Ça me fait toujours vraiment plaisir de recevoir vos avis que vous soyez de fidèles ou nouveaux lecteurs…. 

A très vite ♥

Sophie.*

Petits bonheurs.*

pbonheurs

 

Hello there !

Petits Bonheurs de Sophie… Hé oui, mais pourquoi ce nom ? Eh bien c’est tout d’abord pour faire référence et contraster avec le chef d’oeuvre de la Comtesse de Ségur. Mais c’est aussi et surtout parce que je suis très sensible à de toutes petites choses, aux petits bonheurs simples de la vie. Et bien cet article sera tout à fait à l’image du nom de mon blog.

Alors voilà aujourd’hui je vais donc vous parler des petites choses que j’aime faire. Je pense renouveler ce genre d’articles car j’adore les lire sur d’autres blogs mais je ne pense jamais à le faire. C’est parti !

* Tremper un carré de chocolat (noir !) dans mon thé (Marco Polo de Mariage frère) ou ma petite tisane (Lov Organic à l’amande).

* Mettre du rouge à lèvres ou du baume à lèvres.

* Me doucher et par dessus tout me laver les cheveux (quand je vous dis que je parle de simplicité…).

* Poster une photo sur Instagram ( Psst mon compte c’est @petitsrevesdesophie !).

* Lire mon horoscope dans le quotidien du métro (Dire que c’est n’importe quoi quand c’est négatif et y croire quand c’est positif…).

* Recevoir un sms de quelqu’un à qui je n’ai pas parlé depuis longtemps.

* Mettre mes lunettes. (Petites choses très simples, j’ai dit !)

* Relire d’anciens articles.

* Entendre ma mère dire avec fierté: « T’es belle ! »

Et vous, quels sont vos petits bonheurs ?

 

Le voyage qui fait grandir.*

piratavion Bonjour bonjour ! Aujourd’hui je viens vous parler de mon avenir.

Comme l’a si bien dit ma copine Islandia je suis actuellement dans un virage important dans ma vie. A la fin de cette année, si tout va bien, j’aurai mon BTS et je n’ai pas de projets concret pour l’an prochain. N’étant pas sûre de mes perspectives professionnelles je voudrai me servir de cette année scolaire qui vient pour enfin voyager et surtout retourner en Asie. Bien entendu il faut de l’argent, c’est pourquoi je cherche un travail pour tout l’été jusqu’à septembre/octobre.

Voyager c’est la meilleure façon de se trouver. j’en ai besoin pour trouver mon équilibre avant de me lancer dans la suite de mes études puis dans le monde professionnel. Je ne suis vraiment pas encore prête pour continuer ce marathon scolaire sans confiance ni certitude d’être dans la bonne voie.

« Voyager c’est créer la personne que l’on a besoin, que l’on envie d’être. » Cette phrase d’Islandia (tirée de son blog consacré à son amour pour Amsterdam) m’a tout de suite interpellée. C’est exactement ce que j’essaye d’expliquer. Alors voilà, travailler cet été c’est bien mais ça ne suffira pas alors je cherche un pays où passer quelques mois pour travailler.
Et c’est là où je fais appel à vous. J’aurai voulu trouver un pays en Asie mais je ne gagnerai pas grand chose et je vais vite m’ennuyer. Ce n’est pas l’idéal pour se poser.

D’après vos expériences ou celles de connaissances, quel pays/ville Anglophone et un peu dépaysant, serait le mieux pour passer quelques mois pour travailler, faire des rencontres internationales et bien entendu, perfectionner mon niveau d’Anglais. En prenant compte, pour ceux qui me connaissent (en vrai ou à travers le blog), que je suis assez réservée et je n’ai pas encore eu l’occasion d’être vraiment très débrouillarde donc le mieux serait un endroit où les habitants sont accueillants et chaleureux. Pour le moment je crois que la Nouvelle Zélande est le pays qui correspondrait le mieux alors si vous connaissez, je veux tout savoir ! 😉

Merci, gros bisous et à très vite❤

Yellow n black tee-shirt .*

« Probably the best person in the world »

Wahie9abSuperposition de 3 photos.

Je l’ai croisé un weekend d’Avril. Sur cette île d’Indonésie nommée Karimun Jawa.

Là bas un tas de jolis échanges de regards a eu lieu. Tous différents avec des enfants, des femmes, des hommes plus ou moins grands. Il y en a eu un particulier. Instantanée, spontané et doux qui s’est naturellement suivi d’un sourire
Un instant ne dépassant pas 5 secondes, lui, à quelques mètres de moi.
Il est devenu « le garçon au teeshirt jaune et noir ». Je suis devenue « The girl with the hat ».
Pour lui et moi, ce weekend est devenu une quête secrète. Retrouver ce regard.

Et si je ne le reconnais plus sans son tee-shirt jaune et noir ? Et si ce regard avait été anodin ? Et le sourire, il était loin, j’étais peut-être seule à sourire finalement et après tout c’est bien un truc d’Asiatique de sourire tout le temps

Je ne le reverrais jamais, c’est sur, on prend le bateau demain matin pour rentrer sur Java.

Prêts à quitter le port, les Indonésiens sont encore une fois extrêmement chaleureux et surtout ravis de rencontrer sur le bateau de drôles d’européens à la peau idéalement blanche (pour eux).
On nous demande timidement de prendre des photos avec eux ou bien ils le font discrètement l’air de rien, on nous pose des questions, d’où vient-on ? Pour combien de temps sommes nous ici ? Le ferry prend le large, le calme reprend, chacun trouve sa place que ce soit à l’intérieur ou sur cet énorme bateau.

Je me retourne et vois trois jeunes garçons discutant avec mes frères. C’est lui. Il est là. J’en suis sûre. Son tee shirt est bleu mais peu d’incertitude me laisse douter. Il faut que je lui demande si il portait bien ce fameux tee shirt jaune et noir.

Nous avons discutés, pris des photos puis nous nous sommes recroisés à l’intérieur du bateau, il m’a demandé si j’avais Instagram, Whatsapp, quelque chose pour rester en contact. A mon grand regret je ne lui ai pas demandé pour le tee shirt même si je connaissais la réponse…

La traversée durait 4 heures, cachée derrière mon livre je le regardais le plus possible. Il était avec ses amis, qu’est ce qu’il riait, il respirait la joie, le bonheur et la gentillesse.

Je l’ai retrouvé plus tard, posé avec mes frères et un de ses amis. La seule chose que j’ai osé lui dire c’est « What’s your name ? », il m’a regardé droit dans les yeux, un sourire en coin et a prononcé « Wahyu« . Je suis restée figée un instant, j’étais troublée surtout parce que j’avais compris « How are you« .

Nous arrivions à destination, il m’a serré la main, m’a souri puis il est parti.

Il est parti mais c’est à partir de là qu’on ne s’est virtuellement plus quittés…