Ce que j’ai pensé du live d’Hans Zimmer

Il y a quelques jours nous nous baladions dans Nantes.  A la sortie du passage Pommeraie et se retrouvant face à l’arrière du cinéma, mon copain s’est exclamé: « Regarde le live d’Hans Zimmer va passer au cinéma ! » Ni une ni deux, à peine rentrés à la maison, les places étaient déjà achetées. Il n’était pas question de rater cet événement enfin surtout pour Antoine.

A vrai dire le nom d’Hans Zimmer m’était familier mais je ne pouvais pas dire de qui il s’agissait. J’avoue en avoir choqué plus d’un à ne pas connaître.  Mais finalement tout est relatif puisque nous le connaissons tous. Pour les incultes comme moi ce n’est autre que le compositeur de la bande originale du Roi Lion, de Spiderman, Pirates des Caraïbes, Inception, Interstellar et beaucoup, oh oui beaucoup d’autres.

Hans Zimmer en live à Prague

Pour commencer peu de monde est sur scène, on voit surtout ce bon vieux Hans au centre qui joue sur son piano. Il s’agit en fait d’un homme des plus simple, jeune soixantenaire aux airs de bon vivant. Son large front lui donne des airs de Beethoven,  les origines allemandes qui sait. Bref, il a tout de ton oncle mi fou mi intello.

Après le premier morceau, le compositeur a exprimé sa joie d’être à Prague devant tant de personnes. Il a aussi présenté ses deux amis avec qui il travail depuis toujours. Ce que j’ai beaucoup aimé c’est qu’il a invité le public à faire comme si ils étaient à un dîner entre amis, petit truc tranquille à 17 000 personnes donc. Hans Zimmer dégage quelque chose de très simple et beaucoup de sympathie. D’ailleurs il n’hésite pas à s’aventurer dans des petites blagues qui font sourire. ( Mais nous sommes tous d’accord qu’il se débrouille mieux dans la musique que dans l’humour ) !

Forcément, j’ai pleuré

Grande émotive que je suis (ceux qui ont lu  mon article sur l’hypersensibilité savent), j’ai été touchée par les petites surprises et le côté crescendo du concert. Comme je disais au début il n’y a pas grand monde puis au cours d’un morceau le « mur » du fond se soulève pour laisser apparaître un chœur incroyable et d’autres musiciens ! Plus tard, le mur du fond se lève encore pour alors laisser place à un décor puis quelques morceaux plus tard ce décor se met à s’animer. On part de quelque chose d’assez simple pour arriver au final à quelque chose de très grand et de prenant avec beaucoup artistes sur scène. Tout ça représente beaucoup les compositions d’Hans Zimmer ou bien celles qui me touchent le plus en tout cas. On part tout doux pour monter subtilement et monter plus fort pour arriver à une tempête d’émotion et de sons puissants, épiques, bouleversants.

Pendant tout le live j’ai attendu la BO de la série The Crown que j’aime tellement. Ils ne l’ont pas joué, j’étais un peu déçue mais je dois avouer que je ne m’en suis presque pas aperçue. En effet dans tous les morceaux on retrouve la résonance d’Hans Zimmer. Il s’agit du contraste entre des sons profonds et sombres qui viennent à être transpercés par d’autres plus fins et aiguës qui viennent de loin. C’est exactement pourquoi j’apprécie son travail. Et j’ai été servie puisque je n’ai pas pu retenir de très grosses larmes pendant un long morceau tiré de La BO de la ligne Rouge(j’ai cru un moment que c’était la BO de The Crown). Ça a été si crescendo que j’ai été complètement transportée, je voulais que le voyage ne s’arrête jamais. Bien entendu la BO d’Inception, absolument incroyable, est l’un des morceaux qui m’a bouleversé et qui a clôturé le spectacle.

70 artistes pour une personne

Voilà encore une chose qui m’a ému. C’est qu’au final tout ce spectacle pour une seule personne. C’est un petit être humain qui est à l’origine de toutes ces musiques incroyables, de ces artistes sur scènes, de tout ce public. 70 personnes qui se donnent à fond pour la création venant d’une personne… C’est grandiose. Bien sûr il est certainement accompagné mais tout vient quand même d’un seul et même génie, lui, Hans Zimmer.

Parmi ses artistes, j’ai été hypnotisée tout au long du concert par les trois principales musiciennes à corde. Ayant pratiqué 7 ans de violon étant petite c’est vrai que ça me sensibilise davantage. Mais il s’avère que les trois (deux au violon et une au violoncelle électrique) en plus de leur talent incroyable, étaient belles, rock n roll et sexy ! Tout leur semblait facile, elles avaient constamment le sourire, s’amusaient et se permettaient de se mettre un peu en scène en jouant avec des mimiques du visage. Leurs doigts sur le manche dansaient avec tellement de souplesse que ça aurait pu donner envie au rockeur du coin de troquer sa basse pour un violon. Elles vivaient clairement leur musique. Bref, elles étaient chanmées !

Pendant un spectacle de plus de deux heures j’ai alors découvert l’artiste et pour ainsi dire ses quelques dizaines de musiciens.
Et oh malheur quel regret de ne pas l’avoir connu plus tôt !

J’espère vous avoir donné envie de découvrir et redécouvrir cet artiste.
J’ai récemment ouvert un compte Twitter et vous pouvez toujours suivre ma page Facebook et mon compte Instagram pour suivre les nouveautés plus facilement !

A très vite,

Sophie

2 commentaires sur “Ce que j’ai pensé du live d’Hans Zimmer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *